Nems végétariens

Ceci est un appel national que je fais aujourd’hui : la Chine et le Japon sont deux pays différents ! Ah oui bon je vous vois venir « nan mais attends on est trop au courant quoi ». Eh bah pas tout le monde figurez-vous parce qu’on m’a déjà dit suite à mon voyage à Tokyo (oui véridique) :  « alors c’était bien la Chine ? », « la bouffe japonaise ? bah c’est gras avec les nems ! », « roh moi je n’aimerai pas faire ce voyage, tous ces chinois partout ça m’oppresserait », « la barrière de la langue devait être compliqué, ils ne parlent que chinois nan ? »… Bon alors le mot « amalgame » a le vent en poupe donc avec mon article de nems qui n’ont absolument rien à voir avec le Japon, je dis stoppe aux amalgames. Oui parce que l’Asie ne s’arrête pas à la Chine m’voyez et le Japon est un pays complètement différent du Vietnam qui n’a rien à voir avec la Corée qui n’a rien à voir avec la Malaysie etc etc. Bon on peut y aller ? Les nems maison ou pâtés impériaux si vous préférez, on s’en fait toute une histoire… Bien souvent beaucoup d’idées reçues perdurent autour de leur confection. On pense généralement que c’est long, fastidieux, difficile ou encore qu’il faut une tonne d’ingrédients mystérieux qu’on ne trouve qu’en épicerie asiatique. Il n’en est pourtant rien ! Tous les ingrédients nécessaires se « chinent » (<– lol) facilement dans nos supermarchés de quartier et ce pour notre plus grand bonheur. Après cette recette vous réaliserez quel point il est facile et assez rapide de réaliser de délicieuses nems maison et plus jamais vous ne craquerez pour leur version industrielle ! Bien sûr ma recette est loin d’être une recette traditionnelle vietnamienne, elle est adaptée à mes goûts et ajustée au fil des années.
Je vous avez d’ailleurs parlé de mon problème pour shooter ce produit pas hyper sexy faut se l’avouer. Bon j’ai fait de mon mieux pour vous proposer ce post car j’avais vraiment trop envie de vous partager cette recette.

Pour 10 nems
80 g de vermicelles de riz séché
1 grosse carotte
150 g de tofu ferme
1 oignon blanc
1 œuf
3 gros champignons noirs séchés
1 touffe d’enokis (champignon coréens)
1 càc de 4 épices
1/2 bouquet de coriandre
1 càc de gingembre
10 galettes de riz 22 cm
Sel et poivre

Huile d’arachide pour la cuisson
Sauce à nems
1 bouquet de menthe fraîche

Faire tremper les champignons noirs dans l’eau bouillante pendant 30 minutes. Faire tremper les vermicelles dans de l’eau chaude pendant environ 5 minutes. Les égoutter puis les émincer à l’aide d’un ciseau. Hacher finement les champignons noirs égouttés.

Émincer finement l’oignon nouveau. Râper la carotte et couper le tofu en petits dés. Emincer la coriandre.

Dans un saladier, ajouter les vermicelles, les champignons et l’oignon émincés, la carotte râpée, la viande, l’oeuf et les épices.

Disposer un torchon propre et humide sur le plan de travail et une assiette avec de l’eau chaude pour ramollir les galettes de riz. Faire tremper quelques instants de chaque côté une galette et la placer sur le torchon.

Disposer une cuillère à soupe de farce. Commencer à rouler le nem bien serré, replier les bords et rouler de nouveau. Recommencer de nouveau jusqu’à épuisement de la farce.

Pour la cuisson, dans un wok faire frire les nems dans l’huile bien chaude jusqu’à ce qu’ils soient dorés. A la sortie, les égoutter sur du papier absorbant.

Nb : vous pouvez doubler, tripler, quadrupler cette recette pour en faire en grande quantité et les congeler. Ainsi dés qu’une envie de chinoiserie vous prendra, vous aurez de quoi l’assouvir après un passage au four de quelques instants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.